Partagez|

Melissandre de Perle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
« Invité »
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Melissandre de Perle Mer 16 Nov - 16:34




Melissandre de Perle

FT. Natalie Dormer





Informations Générales

Prénom : Melissandre
Âge : 26 ans
Race : Humaine
Orientation : Hétérosexuelle
Occupation : Reine
Royaume : Perle




À propos du joueur

J'aime pas parler de moi. Alors, en bref, je suis une rôliste depuis des années, que ce soit sur table, sur forum ou encore perdue en forêt. Il n'y a pas vraiment grand chose d'autre à ajouter, si ce n'est que j'aurai une présence régulière sur le forum.




Physique

Tu es jeune. C’est ce que dise tes sujets lorsque leur regard se pose sur ta personne. Ils s’inquiètent un peu, aussi, pour l’avenir du royaume et tu ne peux même pas leur en vouloir. Après tout, avec tes traits fins et ta peau de porcelaine, tu tends plus vers la poupée cirée que l’on entretient sur une étagère plutôt que souveraine d’un royaume. Hélas, tu n’y peux rien. Tu ne peux qu’essayer de ne pas crouler sous le poids des responsabilités alors que ces dernières pèsent sur tes frêles épaules.

Tu ne peux pas nier être de faible stature. N’atteignant même pas le mètre soixante-dix, tu n’as rien de particulièrement intimidant, sans compter la douceur de tes membres qui semblent privés de toute musculature. C’est bien malheureux, cependant, la jeune femme que tu es n’a pas été élevée à manier l’épée ou encore à soulever le bouclier. Ta mère t’a appris les bonnes manières, comment te comporter auprès des autres et à sourire en laissant les hommes discuter entre eux. Tu n’étais pas supposée atterrir sur le trône.

Toi, ta place, c’était d’être jolie. Un peu comme un meuble que l’on plaçait dans le coin de la salle, agréable à regarder mais qui n’accaparait pas toute l’attention. On peut dire qu’à ce niveau-là, tu as sut réussir. Un minois plaisant encadrer d’une longue chevelure brune, toujours coiffée avec attention et précision. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui, tu as un royaume à gérer, que tu peux te permettre de négliger ton apparence.

Ce sont cependant souvent tes yeux qui attirent le regard des autres. D’un bleu clair tirant vers le gris, tes prunelles, qui d’ordinaire reflète le calme de ta personne, semblent cependant toujours animée d’une flamme rougeoyante de vengeance. Aussi posée peux-tu sembler aux yeux de tous, c’est au fond de tes prunelles qu’il est possible de déceler ce besoin presque viscérale que tu ressens : celui de faire justice à ta défunte famille. Cependant, nul ne viendrait à douter de toi. Dotée d’un sourire aussi doux et d’une expression qui semble transpirer la bonté, nul n’irait croire que sous ce visage angélique se cacherait en réalité une bête avide de vengeance. Oh non.

Car, au final, tu n’es qu’une pauvre enfant larguée dans ce monde où tu n’aurais jamais cru un jour prendre place, saluant tes sujets avec douceur en leur adressant des sourires rassurants et emplis de bienveillance et parcourant les couloirs de ton palais d’un pas qui se voulait assurer. Si ton physique n’imposait pas le respect, tes gestes et ta démarche le feraient.




Caractère

Tu as changé, avec les années. Ou plutôt, tu as eu le loisir de découvrir qui pouvais-tu bien être, et ce, depuis la mort de ta famille. Toi qui avait toujours été enseigné que ta vie se résumerait à bien paraître, sourire gentiment et t’assurer de ne pas faire honte ni à ton père, ni à ton frère, tu t’es retrouvée à passer de meuble à une personne à part entière, et ce, contre ton gré. Car, après tout, jamais n’avais-tu souhaiter l’assassinat de ton père et de ton frère, ni même aspirer à te saisir du trône. Qu’un concours de circonstance qui t’a amené à devoir t’assumer comme personne et ce, malgré que tu ais passé de longues années à te faire répéter que ton opinion, très peu s’en souciaient.

Au départ, tu étais une personne assez effacée. Tu te contentais d’hocher de la tête et approuver les opinions des autres, quand bien même pouvais-tu penser autrement. Et si l’idée te venait de contredire une tierce personne, tu ne le faisais pas. Tu n’étais pas en droit de le faire. Ta présence, tout comme celle de ta mère, servait notamment à préserver les apparences et à montrer au peuple que votre famille n’avait rien à se reprocher, qu’ils pouvaient avoir confiance en vous. Tu n’étais donc là que pour supporter ton père et ton frère, comme le joli meuble bien entretenu que tu étais.

Cependant, aujourd’hui, tu ne peux plus te permettre de simplement hocher la tête et accepter tout ce que tous te disent. Tu es la reine. Les décisions dépendent donc exclusivement de toi et donc, de ce fait, tu te dois d’avoir un avis sur tout et n’importe quoi. Et tu as sut réussir, dans ce domaine, au fil des années. Tes opinions sont lentement mais sûrement devenues les tiennes et non pas qu’un fantôme de celles de tes parents. Tu es devenue, avec le temps, une personne à part entière, avec ses idées, ses envies et ses propres décisions pour amener le royaume là où toi tu le voulais et personne d’autre. Tu as aussi appris comment faire part de tes opinions. Toi qui te laissais trop souvent marcher sur les pieds, tu as sut mettre ton pied à terre et ton poing sur la table alors que plus personne n’est en droit de t’ignorer et de faire comme s’ils n’avaient rien entendu.

Avec le temps, tu t’es forgée un caractère, ce qui te surprend quand même. Tu t’étais imaginée ta vie à jouer le meuble dans le décor alors qu’aujourd’hui, tu es à la tête d’un royaume. Tu n’as pas eut le choix de te forger un caractère, ce qui est venu déplaire aux riches bourgeois du royaume qui avaient vu là une occasion d’usurper le trône alors qu’ils espéraient que tu n’étais pas de taille face aux responsabilités.

Ils pouvaient bien rire, maintenant que tes épaules se voulaient assez fortes pour supporter le poids de tout le royaume. Tu te sais imparfaite, tout comme tu sais que tu ne plairas pas à tous. Cependant, ce n’était pas à toi, à t’adapter à ton peuple, mais à eux de comprendre que tu n’étais pas tes parents. Tu es toi. Et ça, ils étaient mieux de ne pas l’oublier. Car aussi gentille et douce peux-tu paraître en apparence, tout cela ne reste qu’une façade pour venir chercher tes sujets et t’assurer qu’ils te restent fidèles tout en appréciant ta présence.

Car, au final, tes citoyens, tu ne les aimes pas. Ils sont ingrats, désagréables et tous semblent attendre que tu échoues, tous aussi avides de pouvoir les uns que les autres. Sans compter qu’ils semblent tous s’attendre à ce que tu puisses faire des miracles et tous les enrichir pour qu’ils n’aient plus à se soucier de rien. La bonne blague.

Ils s’imaginent sûrement qu’un aussi joli minois n’a certainement rien dans la tête et qu’ainsi, tu serais facile à manipuler. Après tout, tu affiches toi-même aux autres un côté doux et agréable de ta personne, celui qui veut aider les autres et qui est à l’écoute de la moindre complainte de la part des citoyens habitants ton royaume. Cependant, la réalité en est tout autre alors que l’envie de tous les laisser pourrir à leur propre sort ta déjà effleurer l’esprit plus d’une fois. Ils te blâment pour un oui ou pour un non alors qu’au final, ils sont responsables de leur propre malheur. Tu considères leur en offrir déjà assez pour qu’ils puissent s’en sortir.

Au final, la jeune demoiselle effacée que tu étais est devenue une jeune femme aux ambitions dangereuses pour Enkidiev. Alors que tu affiches un sourire agréable à tes sujets, tu essaies simplement de gagner leur confiance, t’assurer qu’en cas de crise, ils vont encore prendre ton côté. Car tu ne comptes pas rester assise sur ton trône et attendre. Oh non. Tu veux du changement. Tu exiges même, du changement.

Un jour ou l’autre, Enkidiev sombrera à nouveau dans une ère de chaos où les êtres magiques seront chassés comme ils l’étaient auparavant, tués sur la place publique pour envoyer un message aux autres qui auraient la mauvaise idée de s’opposer à toi.

Car tu comptes bien mener cette guerre qui plongera Enkidiev dans la noirceur, alors que tous retrouveront une paix durable lorsque tous les êtres magiques auront enfin disparut de la carte. Oh, ce ne sera pas demain matin. Ni même dans l’année suivante. Ni dans les prochaines. Il s’agit d’un processus lent et laborieux, où tu devras tenir ton masque encore quelques temps, histoire d’attirer la sympathie des citoyens du royaume et, pourquoi pas, ceux des royaumes avoisinant. Tu n’es pas stupide. Tu auras besoin de soutien et de support, autant que tu peux en avoir. Tout comme il te faudra y aller graduellement, que les autres s’y fassent avec le temps et comprennent que tu n’es pas contre eux mais que tu comptes bien, au final, les protéger.

Tu es toutefois douée pour faire croire ce que tu veux aux autres, ce qui est une bonne chose pour toi. Personne ne viendra se questionner sur le pourquoi t’assures-tu de posséder une armée forte et présente.




Informations supplémentaires

Tu détestes les êtres magiques - Tu es devenue reine à 24 ans - Darren, ton conseillé, est aussi l’un de tes meilleurs amis - Tu es hypocrite - Tu souhaites, au plus profond de toi-même, renverser l’empereur et prendre le pouvoir - Tu es avide de pouvoir - Tu sembles bien douce et bien aimable - Tu aimes le luxe - Tu es très matérialiste - Tu aimes l’argent - Il est presque impossible de savoir lorsque tu es sincère et lorsque tu ne l’es pas - Tu es prête à défendre ton royaume à tout prix - Tu en veux cruellement à ta mère de t’avoir abandonné - Tu comptes rendre ton père fier de toi - Tu apprécies le thé au jasmin - Tu ne bois pas d’alcool - Tu aimes les jolies tenues - Tu as encore peur de t’aventurer hors du palais - Tu trouves les citoyens de ton royaume particulièrement ingrat - Tu souhaites qu’un jour, la femme soit reconnue comme une égale dans tous les royaumes - Tu n’aimes pas les gens qui parlent trop - Tu aimes être le centre d’attention - Malgré les apparences, tu es très souvent seule - Tu aimes les petits gâteaux et les biscuits - Tu assistes régulièrement aux classes offertes aux jeunes de ton royaume et aux entraînements de ton armée - Tu essaies d’être le plus possible présente pour ton peuple - Tu as engagé un crieur public, Timothee, qui s’assure de maintenir ton image au sein de ton royaume





Pouvoirs et magie

Il est aisé de connaître ta position sur la magie, et ce, quand bien même n’exprimes-tu pas tout à fait ce que tu penses réellement. Tu suis la même vague de pensée que celle de tes parents et de leurs parents avant eux. Autrement dit, depuis des générations, le royaume de Perle s’est toujours ouvertement exclamé qu’il ne s’agissait-là que des contes pour enfants pour en charmant quelques uns et terrifiés les autres. Tu as donc été élevée dans l’idée que la magie n’existait pas, ce qui n’était pas plus mal, au final. Cependant, au cours des dernières années, l’idée générale a légèrement changé alors que des êtres magiques recommencèrent à faire leur apparition. Certes, tous très discrets, cela n’avait pas empêché la rumeur de se lever au sein du royaume, très rapidement étouffée par le désormais défunt roi de Perle qui fit comprendre aux habitants du royaume qu’ils n’avaient rien à craindre.

Eux, peut-être que non. Lui, cependant....

Deux ans et quelques mois plus tôt, la famille royale a connu un lourd drame dont elle ne se remettra sûrement jamais. Le roi et le prince parcourait les terres du royaume lorsqu’ils furent victimes d’une attaque qui les tua tous les deux. Si, au départ, ils essayèrent de trouver une raison logique à leur fin abrupte, alors qu’au final, l’évidence était devant eux. La mort inexplicable du roi et de son héritier ne pouvait être que l’oeuvre d’un sorcier. Quant à la reine, cette dernière dévastée par le chagrin, se jeta de la plus haute tour du palais pour venir s’écraser en contre-bas et décéder sous l’impact.

Par la faute d’un sorcier, tu t’es donc retrouvée privée de ta famille. Et si le peuple ne fut pas informé de la réelle cause du décès de leur roi et de l’héritier, toi, tu sais. Et toi, de ton côté, tu nourris une haine qui grandit toujours un peu plus de jour en jour, se nourrissant de ton ressentiment vis-à-vis des êtres magiques.

Ils vont payés pour ce qu’ils ont fait à ta famille et ce qu’ils t’ont infligé. Et ça, tu t’en es fait une promesse. Magiciens, sorciers, peu t’importait. Pour peu qu’ils maîtrisaient la magie, ils étaient un danger pour toi et pour ton peuple, ton royaume.





Historique de votre personnage

- Pourquoi ?

Tu regardes le vieil homme qui soupire devant toi, secouant doucement la tête, comme s’il se trouvait devant une enfant récalcitrante et difficile à qui il avait dut répéter la même fois encore et encore. Ce qui était très certainement le cas, te connaissant. Darren, qui fut à l’époque le conseiller de ton père et désormais le tien, était sûrement ce qui pouvait le plus se rapprocher d’un ami pour toi, et ce, malgré votre différence d’âge.

- Cela fait un an que tu es sur le trône et le peuple ne te connaît pas. Il serait peut-être temps que tu fasses des efforts qui tu ne souhaites pas voir les citoyens au pied du palais royal dans l’espoir de te destituer de tes fonctions.
- D’accord, d’accord, ça va. J’ai compris.

Tu t’observes une dernière fois dans la glace, t’assurant que tes vêtements ne sont pas froissés tout en replaçant une mèche rebelle derrière ton épaule. Finalement prête, tu acceptes de suivre Darren, qui t’accompagne en bas, au rez-de-chaussé, où tu comptes rencontrer un homme bien banal, bien quelconque, mais qui deviendra important, en quelque sorte, au cours des prochaines années.

Plutôt que de t’installer dans la grande salle, tu bifurques vers ce qui semble être un salon privé. Un peu plus personnel, moins hautain. Après tout, tu comptes bien faire bonne impression. L’homme que tu comptais rencontrer allait devenir ton lien avec ton peuple. Plutôt que de laisser quiconque raconter ce qu’ils voulaient bien sur ton compte, cet homme allait passé de villages en villages, passant par les plus grands jusqu’aux plus reculés, pour informer les gens y vivant de qui pouvais-tu bien être et de ce qu’ils pouvaient s’attendre de toi.

Une façon comme une autre de maintenir sous contrôle l’information qui circulait au sein de ton royaume tout en maintenant une bonne relation avec ton peuple. C’était sans compter que cette approche se voulait sécuritaire pour toi, alors que tu sentais encore ta vie menacée et que l’idée de sortir de l’enceinte du palais t’effrayait.

Il s’agissait d’une excellente idée, tu en étais convaincue.

L’homme en question fut accompagné par tes gardes, qui l’invitèrent dans le petit salon où tu te trouvais, élégamment assise sur un sofa, face à ton invité, les jambes croisées, les mains sur tes genoux.

- Bonjour... ?
- Timothee, Votre Majesté. Sachez qu’il s’agit pour moi d’un honneur d’être ici aujourd’hui.
- Le plaisir est partagé.

Tu lui adressa un doux sourire, comme tu en avais l’habitude, alors qu’il semblait s’émerveiller sur tous les petits détails de la pièce.

Sans vous laissez le temps de poursuivre, une jeune femme, un peu plus jeune que toi même, entra dans la pièce avec un plateau de biscuits et petits gâteaux, le tout accompagné d’une théière qui fut déposée sur la table. Deux tasses furent servies, l’une pour toi et l’autre pour ton invité, puis, en inclinant la tête dans ta direction, la jeune femme quitta les lieux, vous laissant tranquille.

- Un thé au jasmin. Voudriez-vous le sucrer un peu ?

Toujours souriante, tu pris la tasse entre tes doigts graciles pour venir la porter à tes lèvres et ainsi humer le délicat parfum du thé, avant de finalement y goûter.

- Alors, Timothee. J’imagine que vous avez de nombreuses questions à me poser. Si nous commencions ?

L’éducation était très importante au sein du royaume. Tellement que les jeunes étudiaient même dans l’un des bâtiments de la cour royale. Tu ne pouvais, après tout, pas de permettre de traîner des boulets à la société au sein de ton royaume et donc, de ce fait, tu offrais à tous les jeunes gens une éducation, certes, bien générale, mais qui leur permettrait ensuite d’accéder soit à des études plus poussées, s’ils le désiraient. Quant à ceux qui préféraient aller apprendre un métier auprès de leurs parents, ils étaient en mesure d’écrire et de lire, ce qui facilitait le travail de ceux allant collecter les taxes, compte tenu que les registres se devaient d’être constamment à jour.

L’homme en face de toi sorti donc un rouleau où devait être écrit les questions et un autre où il comptait y inscrire tes réponses. Tu aimais bien les gens ordonnés.

- Comment avez-vous été élevée ? Le peuple se demande si vous êtes apte à être notre Reine, si vous avez les compétences et les connaissances requises.

Tu acquiesças, lui adressant toujours ce sourire qui se voulait aimable alors que tu souhaitais lui faire bonne impression. Il était celui qui s’assurerait que le peuple comprenne que tu ne leur voulais que du bien et que, même si tu t’étais isolée beaucoup trop longtemps, tu comptais bien endosser mon rôle.

- J’imagine qu’il est inutile de nier que mon éducation, je l’ai notamment faite auprès de ma mère. Alors que mon père apprenait à mon frère à chevaucher et à manier l’épée, tout en lui faisant comprendre tout ce que pouvait représenter être roi, de mon côté, j’ai appris à tisser et à broder, tout comme à lire et à écrire.

Et à sourire.

Surtout sourire.

Tu devais être jolie, agréable et effacée. Tel aurait dut être ton seul rôle au sein de ce royaume, au sein de ta famille. Or, le destin en avait voulu autrement.

- Cependant, j’étais proche de mon frère. On parlait beaucoup, alors qu’on partait ensemble dans la forêt à dos de cheval. Il me parlait de son titre d’héritier, de ses responsabilités à venir. Et si, à l’époque, ces informations me semblaient superflues, aujourd’hui, je lui suis bien reconnaissante de me les avoir partagé.

Timothee faisait aller sa plume sur son parchemin, transcrivant tout ce que tu lui disais. Tu évitas cependant de lui dire que l’on t’avait marteler le crâne, sans cesse, avec l’idée que tu ne serais rien et personne et que ta seule tâche serait de ne pas faire honte à la famille.

Ils n’avaient pas besoin de faire cela.

- Et puis, j’ai Darren, à mes côtés, pour m’aiguiller. Anciennement haut placé au sein de l’armée, il est depuis des années au service de la famille royale. J’ai une confiance aveugle en son jugement.

Tu tenais à ce que le peuple sache que tu n’étais pas seule, que tu avais des alliés. Qu’ils pouvaient faire confiance en tes décisions, ne serais-ce que parce que malgré ton manque cruel d’expérience, tu avais des épaules solides à tes côtés.

- Ensuite... Comment avez-vous vécu le meurtre du roi et de son héritier ? Sans compter le suici...
- Je pense que l’on peut éviter ces questions.
- Ça va.
- Votre Majesté, sans vouloir m’opposer à votre décision, je pense qu’il vaudrait mieux pour vous de ne pas vous attarder sur les événements de l’année dernière.

Ils avaient été difficiles, ces événements, pour toi. Si tout le royaume s’était entendu sur le fait qu’il s’agissait d’un homme à la recherche de vengeance auprès de la royauté, toi, tu savais la vérité.

Un sorcier, en colère face aux implications d’autrefois du royaume de Perle dans les affaires concernant les êtres magiques, tout comme la position du royaume actuelle, avait tout simplement décidé d’éliminer la famille royale, à ta plus grande peine et à la plus grande souffrance de ta mère, qui s’était suicidée quelques jours plus tard, incapable de supporter la perte de son mari et de son fils aîné. Elle t’avait donc laissé toi, seule, pleurant ton malheur, alors que le poids du royaume venait t’écraser les épaules, t’empêchant de te relever et même de respirer convenablement.

Maintenant, tu te portais mieux. Ou presque.

Tu pleurais encore. Tu avais encore peur. Tu étais même terrorisée à l’idée même de sortir des murs sécurisant du palais. Cependant, tu affichais un sourire, tu relevais la tête et tu avançais. Tu n’avais pas le choix.

Toi, Melissandre de Perle, était désormais Reine.

- Une chose à dire à votre peuple ?

C’est sans même réfléchir que tu lui répondis à sa question, comme pour démontrer l’honnêteté de tes propos. Alors que pourtant, tu mentais. Tu mentais comme tu respirais. Ils ne devaient pas savoir, ils ne comprendraient pas.

Ils ne pouvaient pas voir cette haine qui te dévorait de l’intérieur.

- Je veule qu’ils sachent que je suis là pour eux. Une reine sans peuple n’est rien. Je veux qu’ils sachent que je suis à leur écoute et que je veux qu’ils me fassent confiance. Je veux qu’ils sachent que je suis là, prête à les aider et à les soutenir. Je ne veux pas vivre dans mon palais en oubliant qu’ils existent. Ils ont autant besoin de moi que moi j’ai besoin d’eux, au final.

Un message positif, qui se voulait rempli d’espoir pour le peuple du royaume de Perle.

Tu te devais d’avoir leur soutien et leur plus totale fidélité. Car un jour, lorsque Enkidiev sera mis à feu et à sang, que la guerre éclatera alors que tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour renverser l’empereur, eux seront derrière toi, soutenant tes idées et tes principes, clamant haut et fort ton nom.

Tu avais bien plus besoin d’eux qu’eux pouvaient se l’imaginer.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Empereur
« Administrateur »
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de baseÂge † : Inconnu
Race † : Humain
Royaume † : Partout
Occupation † : Grand Empereur
Crédits † : Fantasy-Avatars
Fiche RPG
Feuille de personnage
Statut: Célibataire
Orientation: Hétérosexuel

MessageSujet: Re: Melissandre de Perle Mar 22 Nov - 1:29




Bienvenue

C'est maintenant à toi de choisir ta destinée



Approuvée

Cher membre. C'est avec plaisir que nous t'annonçons que ta présentation a été approuvée! Tu peux maintenant errer librement sur le forum, et commencer à rp. Mais avant toute chose, n'oublie pas d'activer ta fiche de personnage dans le profil et de créer ta fiche de liens! Tu peux aussi te rendre juste ici, afin de trouver tes premiers partenaires de RP ou encore si tu préfères tout de suite développer des liens. Peu importe ce que tu choisiras de faire, nous espérons que tu pourras faire évoluer ton personnage et surtout, t'amuser.

Bonne chance!
Revenir en haut Aller en bas

Melissandre de Perle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Minecraft, la perle du moment *_*
» Perle D'Amour ♥
» PERLE douce canichette 10 ans sur le bon coin...
» Perle ♀ Espionne
» Lucas : l'autre perle Brésilienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE ENKIDIEV ▽ :: Administration :: Archives-